Quand on parle de la situation actuelle de l'Europe, on entend souvent dire qu'on serait en pleine décadence et qu'on vivrait les derniers soubresauts d'une civilisation qui menace de s'effondrer.

La comparaison entre la chute de l'empire romain et la situation que vit l'Europe actuellement est devenu tellement fréquente que s'en est presque devenu un cliché mais, pour David Engels, cette comparaison n'est peut-être pas si délirante que ça.

J'ai lu son livre Le déclin dans lequel l'auteur explique que le passé a beaucoup de choses à nous dire sur le présent et ce tout simplement parce que l'histoire est cyclique. Pour lui il y a beaucoup trop de points communs entre la crise identitaire actuelle et les facteurs qui ont amené à la chute de la république romaine.

Vidéo complète disponible sur la chaîne YouTube de l’auteur

Vidéo complète disponible sur la chaîne YouTube de l’auteur

Le déclin, David Engels

Le déclin, David Engels

1 - La tolérance

La tolérance est une des valeurs les plus citées par les européens comme un élément qui définit la culture européenne et quelle que soit la civilisation. Elle est le signe distinctif des civilisations avancées sauf qu'il y a un énorme paradoxe là dedans : l'identification au groupe passe nécessairement par l'exclusion de ceux qui n'appartiennent pas:

“S'il y a un nous, c'est qu'il y a un eux.”

Se définir par sa capacité à intégrer l'autre au groupe revient a refuser de s'identifier soi même, d'autant plus que les nouveaux arrivants ne viennent pas par envie de devenir européen ni de s'assimiler mais bien pour des raisons humanitaires. Ils savent que l'Europe les accueillera parce qu'elle est pleine de beaux principes et le problème c'est que c'est justement l'universalisme humaniste qui rend l'Europe incapable de fournir un ensemble de valeurs assez attractives pour donner aux individus l'envie de s'assimiler.

On dit aux nouveaux arrivants “Venez comme vous êtes, ne changez pas. C’est nous qui nous adapterons à vous”. L'universalisme humaniste, au lieu d'être une valeur, est donc en réalité une faiblesse. Si on revient deux millénaires en arrière, à l'époque où Rome commençait à décliner, les villes devenait également de plus en plus cosmopolite et il devenait de plus en plus difficile de créer une véritable cohésion civique, provoquant de plus en plus de désordre et de conflits. Cet idéal cosmopolite était défendu par les philosophes de l'époque, les stoïciens et les cyniques notamment. Pour les grecs cultivés, on était avant tout des citoyens du monde avant d'être les citoyens d'une seule ville, ça devrait vous rappeler quelque chose.

2 - Le respect de la vie humaine

Au 20ème siècle l'Europe a connu de nombreux traumatismes qui ont induit des changements profonds dans ses valeurs et dans sa nature. Le mariage en est le parfait exemple car il ne se fonde désormais plus sur le statut social mais sur l’amour, ce qui entraine une baisse de la natalité pour de multiples raisons: mariage tardif, femme qui travaille, banalisation de l’avortement. La valeur centrale en Europe n’est plus la famille mais l’individu contrairement aux nouveaux arrivants qui, par un taux de natalité supérieur, créent un déséquilibre démographique.

Engels nous apprend qu'il y avait déjà à l'époque de nombreux moyens de contraception et des techniques d'avortement très efficaces. L'individualisme, le plaisir à tout prix est un des symptômes de la décadence. Un poète du 1er siècle dira notamment :

Rome n'est plus peuplée de ses citoyens, elle est remplie de la lie de l'univers et nous l'avons précipité dans une telle catastrophe que, dans un si grand empire, il n'y a même plus assez pour faire une guerre civile.

3 - L’égalité

L’égalité initialement appliquée aux classes sociales atteint tous les pans de la société, notamment les sexes et la famille classique. Cette dernière est critiquée par certains philosophes comme Foucault et Deleuze la qualifie de “noyau de la pensée fachiste”. Le résultat est sans appel: on se marie plus tard, on divorce plus et on fait moins d’enfants. L’identification à la famille est de plus en plus difficile et, si elle venait à disparaître, comment un individu peut-il alors s’identifier à son pays et sa culture?

A Rome, l’élite a fini par se détacher du mos majorum, les mœurs des anciens, et accentua la décadence car la liberté individuelle pris le pas sur toutes les autres valeurs.

Toutes les orientations sexuelles se valent.

Toutes les orientations sexuelles se valent.

4 - La religion

Powered by Fruition